* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Naturopathie : 5 Concepts / 1. LE VITALISME

Clic S/ Image pour retour à la liste

     Le Naturopathe a pour objectif de restaurer la santé d'un "patient" en examinant de manière globale son hygiène de vie. Plutôt que de chercher à supprimer les symptômes, il essaiera de trouver les causes premières de la maladie.

L'art naturopathique est nourri par une philosophie ainsi que des concepts qui puisent leurs racines dans les fondements même de la médecine hippocratique.

Elle est fondée sur 7 principes :

   *   "D'abord ne pas nuire" (Primum non nocere)

   *   La nature est guérisseuse (Vis medicatrix naturae)

   *   Identifier et traiter la cause (Tolle causam)

   *   Traiter la personne globale

   *   Le Thérapeute est un éducateur

   *   La prévention est la meilleure des cures

   *   Etablir la Santé & le Bien-être.

Pour bien percevoir les enjeux de la Naturopathie nous allons développer les concepts évoqués.

LE VITALISME.

Si notre médecine moderne est capable de régler de façon optimale des situations qui hier représentaient des cas désespérés (greffes d'organes, chirurgie réparatrice par exemple), son regard purement matérialiste l'a incontestablement éloignée d'une vision qui pourtant a toujours présidé dans le passé : notre corps, nos organes, nos cellules sont en relation avec une "force", une "énergie", qui organise, régule, répare nos fonctions organiques.

Ce champ unifié qui sous-tend toute forme matérielle vivante, c'est le "Chi" des Chinois, le "Ki" des Japonais, "le champ de cohérence" dont nous parle la physique quantique. Pour les naturopathes il s'agit de la force vitale.

Le grand Hippocrate parlait déjà à son époque du médecin intérieur, la "Vis medicatrix naturae" qu'il faut solliciter avant toute autre thérapeutique.

Le père de la chirurgie moderne, Amboise Paré, dans sa grande humilité affirmait il y a près de 5 siècles "Je l'ai pansé, Dieu l'a guéri" (au sens de panser ses plaies). Dieu peut être aisément remplacé par la Force de Vie ou force vitale. Celle-là même qui fait qu'un os brisé se ressoude de lui-même, qu'une plaie se referme, que les tissus cicatrisent naturellement, qu'une diarrhée nous épargne une intoxication qui pourrait être fatale ou encore qu'une fièvre détruit les germes infectieux.

Prendre en compte cette Force de Vie change tout dans une approche médicale ou dans des propositions de prévention. C'est donner la primauté à la notion de terrain par rapport au symptôme ou à l'hôte indésirable, celui-là même que la médecine actuelle considère comme l'ennemi N° 1 à abattre : le microbe !

Déjà, à leur époque, 2 figures emblématiques dans le paysage : Pasteur et Claude Bernard. Pour le 1er le microbe était tout, pour le second, c'était le terrain qui primait.

La petite histoire raconte que sur son lit de mort, Louis Pasteur aurait remis en cause sa vision microbienne de la maladie en reconnaissant : "C'est Claude qui avait raison !"

Pour la médecine ayurvédique indienne, vieille de plus de 5 000 ans et à l'origine des médecines chinoises, tibétaines et grecques, toute matière est formée d'ondes lumineuses en mouvement.

L'air que nous respirons n'est pas porteur que d'oxygène, mais également d'énergie lumineuse que les Indiens appelle le Prâna.

Les récentes découvertes dans le domaine de la physique quantique viennent confirmer la sagesse ancestrale des médecines traditionnelles comme celle de l'Inde.

Il n'y a si longtemps, nous apprenions à l'école que la matière physique était formée par des atomes et que ceux-ci étaient composées de particules élémentaires : les électrons, les protons et les neutrons.

Or, l'évolution de la science, notamment dans l'approche de l'infiniment petit, nous affirme que lorsque nous allons au-delà du domaine des particules élémentaires pour entrer dans le nuage qui les compose, nous sommes face à des particules subatomiques invisibles, même pour les instruments les plus sophistiqués. Comment peut-on savoir qu'elles existent puisqu'elles sont invisibles ? En fait, ces particules que sont les quarks, les bosons, les leptons, etc. laissent des traces dans accélérateurs de particules. Ce qui encore plus surprenant, c'est qu'elles peuvent revêtir 2 formes bien distinctes : elles sont ondes lorsqu'il n'y a personne pour les observer, elles deviennent particules au moment de l'observation.

En clair, lorsque nous pénétrons dans l'infiniment petit, ce qui compose la matière n'est plus la matière ! La matière première du monde est faite d'ondes qui contiennent de l'information et de l'énergie, elles-mêmes baignant dans un immense vide d'énergie et d'information !

Stimuler notre énergie vitale en mettant en œuvre des manœuvres naturopathiques adaptées, c'est finalement rendre opérationnel le champ de cohérence qui informe en permanence la matière qui compose notre corps. C'est permettre à celui-ci de se mettre au diapason avec le la qui a crée notre monde et tout ce qu'il contient.

Le rôle des médecines énergétiques comme l'Acupuncture, l'Homéopathie ou encore les soins énergétiques comme le Reiki, le Shiatsu ou le magnétisme vont dans le même sens. Ces approches contribuent à réunifier la fonction particule de ce qui compose notre matière organique.

Notre réserve initiale en force vitale est liée à notre héritage. Elle s'épuise peu à peu avec l'âge et les nombreux "dévitalisants" : vie nocturne, tabac, alcool, abus de médicaments, pollutions chimiques & électromagnétiques, stress, surmenage, etc.

Les cures de revitalisation proposées en naturopathie concourent à la recharge de cette énergie en puisant aux sources vives de l'aliment (cru et germé par exemple), de la respiration et de l'exercice physique, de la relaxation ou de 1001 autres clés vitalogènes (Huiles Essentielles, couleurs, magnétisme, etc.)

Cette "force vitale" qui préside au précieux processus de l'autoguérison, sera accompagnée par les manœuvres naturopathiques dans la plupart des troubles aigus mineurs ou chroniques (allergies, spasmophilie, troubles du transit, du sommeil, rhumatismes, etc.)

Comment évaluer la force vitale ?

Si le professionnel de la Santé possède ses outils d'évaluation à travers, par exemple, le bilan iridologique, la prise des pouls chinois ou toute mesure énergétique permettant de compléter cette évaluation, le lecteur pourra se faire une 1ère idée en se référant à quelques indices comme :

   *   La vitesse de cicatrisation des plaies, idéalement élevée ;

   *   La qualité de ses éliminations comme la transpiration ;

   *   La capacité d'adaptation au stress ;

   *   L'efficacité du système immunitaire sollicité, par exemple, dans  les épidémies de grippe ;

   *   L'état de ses ongles qui doivent être idéalement fermes et non   striés ;

   *   L'état de ses cheveux, etc.



19/09/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 287 autres membres