* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

NOVEMBRE et ses traditions…

Clic S/ Image pour retour à la liste

Plus de nénuphars sur l’étang,

La chaumière ferme sa porte

Et le petit papillon blanc

A fait place à la feuille morte…

 

Il y a quelques lustres, les petits écoliers en tabliers noirs ânonnaient cette poésie, bien démodée de nos jours.

 

Le mois commence tristement, marqué, au lendemain de la Toussaint, par le jour des Trépassés, établi il y a un  millénaire par Odilon de Mercœur, le 5ème Abbé de Cluny.

 

Dans certaines régions, autrefois, pendant la nuit du 1er au 2 novembre, le bedeau parcourait les rues en criant : « Réveillez-vous, âmes chrétiennes, et priez Dieu pour les Trépassés. »

 

Le clergé préféra supprimer cette coutume qui troublait le repos des vivants sans pour autant les inciter à la prière et qui suggérait aux mauvais plaisants des parodies de mauvais goût.

 

En ce mois de novembre, il est de tradition d’honorer Saint Hubert, patron des chasseurs. Il était connu pour sa violence à la chasse ; l’apparition au cours d’une battue en forêt d’Ardenne d’un cerf portant une croix lumineuse entre les bois mit fin à sa carrière de chasseur.

 

En novembre, on  honorait jadis Saint Martin célèbre pour sa charité. Il partagea, dit-on, son manteau avec un pauvre ; touché par cette action, Dieu voulut un adoucissement de la température, ce qui nous vaut cet éphémère été de la Saint-Martin.

 

Saint Martin n’a plus sa place sur le calendrier depuis la signature de l’Armistice, le 11 novembre 1918.

 

Le 25 novembre, les jeunes filles en quête d’un mari et qui ont 25 ans dans l’année se recommandent à Sainte Catherine leur patronne qui avait cependant fait vœu de chasteté pour consacrer sa vie à Dieu.

 

La tradition veut que, dans les ateliers de mode et de couture, on offre aux jeunes filles un bonnet vert & jaune, d’où l’expression « coiffer Sainte Catherine »

 

Le mois se termine à la Saint André le 30 novembre ; en Hongrie, c’est à lui que les jeunes filles à marier adressaient des prières afin qu’il les aide à trouver un époux.

 

Parmi les obligations de novembre, il faut inscrire la visite au cimetière. Les morts s’oublient vite, hélas, aussi est-il nécessaire pour que les sépultures demeurent décentes, de se rendre au moins une fois l’an au cimetière. Les morts ont droit à des égards. Il est inadmissible que tant de tombes soient à l’abandon quand il est si facile de les faire entretenir ; les entreprises funéraires se chargent de ce travail pour un prix modique...



10/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 287 autres membres