* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Un Esprit toujours jeune …

Clic S/ Image pour retour à la liste

          Pour ne pas vieillir, le meilleur système est encore de garder une mentalité toujours jeune. Le physique ne vient qu'après. Imaginez une superbe créature sur laquelle passent les années sans laisser de traces. Si elle a une mentalité de vieille dame, à quoi lui servira sa silhouette de jouvencelle ? L'ennui, c'est qu'on vieillit sans s'en rendre compte, presque en cachette. A partir du moment où l'on s'installe confortablement dans les habitudes, où la routine remplace l'initiative, où le quotidien devient tout-puissant, le danger menace.

En fait il est des êtres qui ont toujours été vieux. Vieux avant l'âge et vieux avec l'âge, on ne peut plus faire la distinction : ils sont figés une fois pour toutes dans le conformisme & la routine. Parfois même, ils n'ont connu que cela. La curiosité, la surprise, l'émerveillement, ils n'ont jamais su ce que c'était. Ils ont démarré leur vie sur les rails que d'autres avaient tracés pour eux et ils ne s'en sont jamais écartés. L'imagination, le rêve, le plaisir de la découverte n'ont jamais fait partie de leur vie. Très vite, ils se cristallisent dans leurs principes et se ferment à tout ce qui ne leur ressemble pas. Ils ont été jeunes sans le savoir, ils sont vieux sans espoir.

Un esprit libre & ouvert.

Pour garder une mentalité jeune, il est indispensable de garder l'esprit libre et ouvert. Il faut savoir tout remettre en question, s'intéresser à tout, garder une grande curiosité, être toujours prêt à écouter des voix nouvelles, à chercher à comprendre ce qui est neuf, ce qui est différent. Il faut savoir, à tout âge, s'émerveiller. Ce sont là des qualités d'éternelle jeunesse. Les facultés d'enthousiasme déclinent avec le temps, prétend-on. Parce que nous le voulons bien ! Savoir s'enthousiasmer, c'est un élixir de jouvence qui ensoleille la plus terne des journées.

Avoir l'esprit jeune, c'est ne pas regarder en arrière pour retrouver son équilibre, c'est vivre toujours avec son cœur de 18 ans, c'est être prêt à tout accueillir, à tout découvrir.

Et lorsque les ans s'ajoutent aux ans, profitez-en pour en tirer des leçons qui vous aident à exploiter pleinement le temps où vous vivez.

Attention à la sclérose intellectuelle.

Soyez à l'écoute du progrès, quel qu'il soit. Méfiez-vous de la sclérose intellectuelle, comme de la sclérose sentimentale, d'ailleurs. La société évolue très vite autour de vous ; ne vous refusez pas à l'admettre. Efforcez-vous de comprendre les réformes, les nouvelles dispositions légales. Penchez-vous avec intérêt sur ceux qui, aujourd'hui, ont 20 ans. Ils ont différents de vous, au même âge ? Tant mieux… Cela veut dire qu'ils cherchent d'autres solutions… il y a donc là quelque chose de nouveau à découvrir… Qu'ils aient raison, c'est une autre affaire.

Frottez-vous à des gens nouveaux, à des pays nouveaux, si vous en avez la possibilité.

Lisez le plus possible. Plus vous avancez en âge, plus vous devez lire. La télévision est aussi une alliée précieuse : elle est une fenêtre ouverte sur le monde extérieur.

L'esprit d'entreprise.

Apprendre une langue étrangère, débuter dans un nouveau sport, se découvrir un violon d'Ingres, monter une affaire nouvelle, se lancer dans la peinture, le chant, organiser un club, animer une association de quartier : 1001 occasions de s'exprimer, d'agir, gages de jeunesse & de vigueur. Ne perdez jamais votre esprit d'entreprise… devant une tâche nouvelle, un projet neuf, bannissez ce réflexe désabusé : "A mon âge, à quoi bon ? " Cela ne veut rien dire. Si vous avez eu jeune le goût de l'initiative, pourquoi le perdriez-vous alors que vos connaissances et vos expériences se sont élargies ? Bien sûr, 40 ans, ce peut ne pas être l'âge idéal pour devenir coureur de fond, mais combien d'activités vous attendent !

De 50 à 75 ans, il y a 25 ans ! Imaginez ce que l'on projette de faire en 25 ans, lorsqu'on a … 25 ans !

Le 2ème souffle.

D'après une enquête réalisée auprès d'un millier de savants, d'écrivains, d'hommes politiques, les chimistes & les physiciens ont produit leurs principaux travaux à 41 ans, les poètes à 44 ans, les romanciers à 46 ans, les compositeurs à 48 ans, les peintres à 50 ans, les médecins à 52 ans, les philosophes à 57 ans, les juristes et naturalistes à 58 ans.

On a même constaté parmi les intellectuels une remontée des capacités vers l'âge de 60 ans. Chant du cygne ? Ou nouveau départ ? C'est là que la personnalité de chaque individu intervient.

Trop de préjugés entourent la maturité et le vieillissement ; ils s'appuient sur des théories valables, peut-être, au début du siècle, mais aujourd'hui sans fondement. En particulier les femmes semblent refuser tout ce qui vient après 50 ans, comme si tout intérêt disparaissait en même temps que s'éloignait l'âge de la séduction physique et de la maternité.

C'est ce refus de faire des projets qui est le signe le plus net de vieillissement. L'âge en soi n'a qu'une importance secondaire : c'est l'attitude de renoncement qui lui donne sa signification.

Ne vous prenez pas au sérieux.

Lorsqu'on a 18 ans et que l'on se prend au sérieux, certes, cela ne vieillit pas. A partir d'un certain âge, la même attitude est dangereuse.

L'expérience des vieux ne sert plus aux jeunes. Bien sûr, cela n'était pas ainsi durant les siècles passés. Dans les sociétés patriarcales, les Anciens étaient les détenteurs de la Sagesse. Parce qu'ils avaient vécu ce que les plus jeunes étaient en train de vivre, ils pouvaient conseiller, prévoir, conclure. Leur expérience était utile, précieuse. Elle était la mémoire des événements qui se répétaient à chaque génération.

Mais aujourd'hui, le monde va si vite, les techniques, les mœurs sont si différentes d'une génération à l'autre, les conditions de vie, de travail, d'habitat sont si rapidement transformées que l'âge n'est plus ni une référence, ni un refuge, ni un privilège. Les jeunes comme les moins jeunes s'en rendent compte.

Ne cherchez pas le respect à tout prix sous prétexte que vous avez passé la quarantaine. Certes, les années apportent l'expérience qui vous enrichit, sur le plan personnel. Cet enrichissement ne servira pas aux autres, aux plus jeunes, qui devront faire leur chemin tout seuls pour arriver au but. Laissez-les prendre leur responsabilité, se tromper, se brûler les ailes. Ne vous sentez pas supérieur à eux parce vous pensez savoir ce qu'ils n'ont pas encore découvert. Au contraire, n'hésitez pas à leur demander conseil, ce sera l'amorce d'un dialogue enrichissant pour vous et pour eux.

Un élixir de jouvence : vos enfants.

Si vous avez des enfants, rester jeune vous sera facile. C'est la plus prodigieuse des surprises. Votre enfance que vous croyiez achevée va renaître, les souvenirs remonter… Des impressions perdues, des émotions passées, des émerveillements oubliés reviennent se glisser dans votre vie quotidienne. Vous allez vivre en double. Attention ! Cela ne veut pas dire par procuration, projeter sur vos enfants tous les rêves que vous n'avez pas pu réaliser. Cela signifie simplement vivre sur la même longueur d'ondes qu'eux.

Elles sont tristes ces mamans parfaites, imbues de leur rôle d'adultes, qui tranchent sans expliquer, qui imposent sans discuter, qui ne tiennent jamais compte des avis enfantins parce que "Ce n'est tout de même pas les enfants qui vont faire la loi". Mais, sans les laisser faire la loi, pourquoi accentuer cette ségrégation : les enfants d'un côté, les parents de l'autre, ceux qui commandent, ceux qui obéissent ? Dans des cas pareils, en devenant parents, on devient vieux, et c'est dommage. Parce qu'être parent, c'est justement être jeune deux fois …

Vous pouvez partager en toute liberté en citant la source :

http://couleurs-de-la-vie.blog4ever.com/



01/09/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 287 autres membres