* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

15 * Bio et OGM sont-ils compatibles ?

   Partout où les plantes transgéniques sont cultivées sur de grandes surfaces, disparaît la possibilité de produire sans OGM. Et cela, quelles que soient les précautions prises. Il en est ainsi au Saskatchewan, province du Canada où plus aucun hectare de colza Bio n'est cultivé du fait de la contamination transgénique. Egalement en Argentine, où l'engouement pour le soja Roundup Ready de Monsanto, qui a la particularité de posséder un gène lui permettant de résister à un puissant herbicide, le Roundup, développé par la même entreprise, a entraîné une multiplication par dix du nombre d'hectares de cette monoculture destinée à l'exportation pour l'alimentation des cheptels européens.

Avec pour conséquences l'abandon des cultures vivrières, l'accélération de la déforestation qui a pour effet de détruire la biodiversité locale et de provoquer une érosion très grave des sols, l'exode rural, la paupérisation des populations et l'augmentation de la consommation de pesticides avec les problèmes de santé associés.

Ainsi également en Espagne où la culture de plusieurs dizaines de milliers d'hectares de maïs transgénique Monsanto 810 interdit progressivement toute culture de maïs Bio.

Là où l'OGM passe, le Bio trépasse.

  En 2008, le législateur a inscrit dans la loi française "la liberté de consommer et de produire avec ou sans OGM". Cette pseudo-liberté offerte est une insulte au bon sens, un mépris des citoyens et un déni de démocratie.

Après le Grenelle de l'Environnement, le Président de la République avait confirmé la nécessité d'une loi OGM qui garantirait le droit et la liberté de produire et consommer sans OGM (et non pas avec ou sans). Or sans OGM signifie zéro OGM et non pas un pourcentage, fut-il infime et qui n'ira qu'en s'accroissant avec le développement des hectares OGM et de la contamination. Quelles que soient les barrières à la dissémination mises en place, preuve est faite que la coexistence est impossible et la contamination irréversible.

La loi votée au printemps 2008 institue donc de fait, à terme, l'obligation pour tous de produire et de consommer des OGM !

Les Bio Consom'acteurs s'y refusent et s'y opposeront.

 

Retour à la liste Articles Bio



21/07/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 287 autres membres